home

Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Dans cette rubrique faites nous part de vos réalisations, vos recherches astuces conseils afin que nous puissions tous soit vous aider ou partager ce que vous avez réalisé.

Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:23

Bonjour à tous,
J'avais entrepris il y a bien longtemps la transformation d'une ancienne CC 6551 Maurienne Jouef datant des années '70.

Il reste encore beaucoup de travail :
- Pose des plaques latérales à rivets (déjà fabriquées),
- Fabrication et pose des bouchons de sablières selon la méthode décrite sur un autre forum,
- Remplacement du premier essai de reproduction des vérins de pantographes, par ceux également décrits sur un autre forum,
- Fabrication et pose de tubulures sous le châssis,
- Fabrication et pose des conduites de sorties de sablières,
- Pose des accessoires de toiture (trompes qui sont déjà fabriquées, pantographes, ligne de toiture etc...),
- Fabrication et pose des accessoires des traverses de tamponnement, (conduites, câblots),
- Fabrication et pose des essuie-glaces et du système de lave vitres,
- Pose de vitres,
- Pose des gouttières au-dessus des portes de cabines (déjà fabriquées),
- Pose des rambardes de nez (déjà fabriquées),
- Pose de macarons SNCF et des cerclages de fanaux (pièces de photogravures déjà achetées),
- Pose du N° 6551 sur les faces frontales,
- Pose des supports de lanternes de chaque côté des phares,
- Pose des mains montoires d'accès aux cabines,
- Attelage réel factice,
- Remontage d'une motorisation (encore non déterminé pour le moment, motorisation d'origine, ou une autre...),
- Mise en place d'un système d'allumage des fanaux,
- Et si je n'ai rien oublié : mastic, ponçage, apprêt (reponçage et re-mastiquage éventuels), et peinture et transferts / décalques !!

Je suis très lent, cela fait déjà plusieurs mois que je travaille sur ce projet à temps perdu, pour cause de métier très prenant et de travaux dans ma maison, donc n'attendez pas de nouvelles rapidement, sauf si... :D !
Voici où j'en suis aujourd'hui (à comparer avec le modèle d'origine dont on trouve de très nombreuses photos sur Internet) :
CC 6551 Maurienne Elévation.jpg
CC 6551 Maurienne Elévation.jpg (149.12 Kio) Consulté 4462 fois

CC 6551 Maurienne Face Frontale.jpg
CC 6551 Maurienne Face Frontale.jpg (99.7 Kio) Consulté 4462 fois
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:24

Bonjour à tous,

Fabrication et pose d’un attelage à boucle avec boîtier NEM sur le bogie moteur d’origine.
Le boîtier NEM à la norme (et aux cotes) NEM-362 est de fabrication personnelle, en métal plié, soudé sur une cosse électrique plate retaillée et mise à la forme adéquate.
Le tout est vissé non serré sur le timon d’attelage, de façon à ce que l’ensemble attelage puisse se mouvoir librement, sans être totalement solidaire du timon, mais avec un jeu minimum en hauteur.
Le timon d’origine a été également retaillé en largeur et en longueur, de façon à ce que l’ensemble ne soit pas bloqué par les sablières d’extrémités en rotation (ces sablières n’existant pas sur les modèles Jouef Champagnole, ou HJ actuels).
Sur cette photo, les 4 sablières autour du bogie sont présentes, et taillées à l’intérieur pour permettre la rotation libre du bogie.
CC 6551 Maurienne Attelage.jpg
CC 6551 Maurienne Attelage.jpg (124.55 Kio) Consulté 4460 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:25

Bonjour à tous,

Pour ceux ça intéresse de réaliser des bouchons de sablières réalistes (voir photo ci-dessous) :
Percer un trou à 2,5 mm de diamètre MAXI dans la caisse de la loco.
Découper une bandelette de 2 mm de large et 6 mm de long, dans un matériau de 0,3 mm d'épaisseur (bouchon en alu fin de bouteille de whisky dans mon cas, j'entends déjà les commentaires... !! 8) !)
Cintrer cette bandelette autour d'une tige de 2 à 2,5 mm (cette pièce deviendra la gouttière autour du bouchon, et conformément à la réalité, elle ne couvre pas toute la circonférence du bouchon).
Prendre 5mm à 10mm d'un seul brin de fil électrique multibrin et le prendre en sandwich entre la gouttière et le plastique de la caisse, en haut, en le laissant dépasser de chaque côté (ceci deviendra la représentation de la charnière).
Bien plaquer la gouttière dans le trou pour qu'elle en épouse le diamètre.
Coller à la cyano (un mince filet) en laissant la gouttière dépasser de 0,5 mm (en extérieur de caisse).
Prendre un clou à tête plate (diamètre initial autour de 2,5mm), et usiner la tête à la lime (sur mini-perceuse) jusqu'à obtenir 1,8 mm de diamètre
L'affiner en épaisseur (autour de 0,5 mm).
Faire des essais d'introduction de la tête de clou à l'intérieur de la gouttière, car il doit y avoir un léger espace (voir photo).
Puis couper et garder 1 à 2 mm de tige de clou, sous la tête de celui-ci.
Enfoncer la tige dans un tube de 2mm de long, 2 mm de diamètre extérieur (à réduire un peu), et dont le diamètre intérieur correspond au diamètre de la tige du clou (j'ai utilisé un tube capillaire de bombe aréosol).
Assurer éventuellement l'assemblage par collage.
Placer cet ensemble dans le trou de la caisse, à l'intérieur de la gouttière, de manière à ce que la tête de clou affleure la gouttière (en extérieur de caisse, bien sûr).
Coller par l'intérieur.
Rabattre le morceau de brin de fil électrique sur le bouchon en diminuant la longueur (il doit recouvrir l'épaisseur de la gouttière et un peu du bouchon, soit environ 0,8mm de longueur).
Mettre un minuscule point de colle.
Couper aussi l'excédent de longueur du brin de fil électrique à l'intérieur de la caisse.
Une fois le collage bien sec, limer délicatement ce qui dépasse à l'intérieur de la caisse pour aplanir (afin de ne pas gêner le remontage du châssis de la loco).
Enfin, pour simuler le verrou inférieur, prendre 1mm de bandelette Evergreen de 0,5mm x 0,25mm et le coller sur la tranche, juste au-dessous du bouchon.
Je sais que ça semble laborieux, mais en réalité cela va vite, surtout une fois qu'on a fait le premier.
Je conseille un essai de montage sur une chute de carte plastique dont l'épaisseur sera celle de la caisse de la loco (pour entraînement !).
Voilà !
A vos outils :D !
Bouchon Sablière CC 6500.jpg
Bouchon Sablière CC 6500.jpg (45.39 Kio) Consulté 4458 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:26

Bonjour !
Voici les vérins de pantographes pour CC 6500 terminés.
Les isolateurs sont des rondelles de 2,5 mm diamètre extérieur et de 1,1 mm de diamètre intérieur, épaisseur environ 0,3 mm.
1,72 € TTC les 200 rondelles chez Weber Métaux à Paris.
Elles sont montées collées sur un manchon plastique, en fait un morceau de gaine de fil électrique de téléphone.
Vérins de Pantographes CC 6500.jpg
Vérins de Pantographes CC 6500.jpg (49.18 Kio) Consulté 4457 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:28

Bonjour à tous,

Petite progression dans mes travaux sur la CC 6551 Maurienne Jouef.
Installation des tubulures aux 4 extrémités de la loco (sur la photo ci-dessous, devant la sablière, entre le flanc de bogie et le chasse-obstacles).
Les pièces ont été réalisées en fil de laiton rigide de 0,5 mm de diamètre, plié serré en épingle à cheveux du côté du chasse-obstacles, puis mis en forme, et dont une des deux extrémités de ce fil, du côté opposé à cette pliure, a été enfichée et collée dans un trou de 0,5 mm foré dans le dessous de châssis.
La pliure est invisible en vues de profil et de face, et on a ainsi l’illusion de voir 2 tubulures séparées.
CC 6500 Tubulures d'extrémité.jpg
CC 6500 Tubulures d'extrémité.jpg (170 Kio) Consulté 4457 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:29

Bonjour à tous,

J’avais parlé plus haut des trompes de la CC 6551 Maurienne que j’avais déjà fabriquées, et qui restaient donc à implanter.
Ci-dessous, une photo décrivant les pièces à utiliser pour les fabriquer, et le résultat final : Deux cosses électriques de 3 mm de large maximum, mais pas inférieure à 2,5 mm (peu importe la matière du moment qu’elle est assez fine en épaisseur), du fil de laiton de 0,5 mm, et un support « tulipe » au pas de 2,54 mm, pour circuits intégrés (pour les non-initiés, support utilisé en électronique, permettant d’implanter un circuit intégré sur un circuit imprimé sans le souder, le support est soudé sur le circuit imprimé, et le circuit intégré est enfiché dessus, permettant l’échange du composant sans dé-soudage en cas de panne – Notez qu’on peut aussi utiliser des barrettes tulipes).
Chaque cosse est coupée à 1,5 / maxi 2 mm, de son extrémité (symbolisé en rouge) et percée en son centre à 0,5 mm environ (point vert).
Il peut être plus judicieux de percer la cosse avant de couper.
Quatre « tulipes » sont sorties du support plastique (Surtout, en les poussant par le dessous sans écraser les tiges) et coupées à la pince coupante un peu au-dessus de l’endroit où elles s’évasent (en partant de la tige, symbolisé en rouge).
Le fait de couper à la pince coupante écrase la coupelle restante, il faut donc reformer cette coupelle (par exemple, avec un pointeau) pour lui redonner une forme parfaitement creuse et circulaire, et égaliser doucement les bords à la lime douce pour obtenir une coupelle bien plate.
Tenir la tige entre les doigts, pas avec une pince qui risquerait de l’écraser.
Pour chaque jeu de trompes (un jeu par extrémité de la loco), il faut conserver une tige complète, et recouper légèrement l’autre car l’une des deux trompes est plus courte.
Enserrer ensuite chaque tige dans les bords recourbés de la cosse, en s’aidant d’une pince plate et fine, si possible non dentée, tout en conservant une forme ronde au repli, puis souder sans excès (juste pour confirmer la tenue), en essayant de ne pas mettre de soudure sur la partie visible des tiges.
Il faut faire en sorte que cette partie soit « plate » au final, sans que les deux coupelles ne soient trop rapprochées.
Souder un fil de laiton de 0,5 mm (ou autre) dans le trou en le faisant dépasser le moins possible sur le dessus.
(Ce fil sera utilisé par la suite pour fixer les trompes dans un trou pratiqué dans la toiture de la loco, par collage, puis recoupé par l’intérieur).
Fignoler à la lime douce l’arrière des trompes pour affiner la cosse, mais sans atteindre de trop près le fil de laiton.
Le résultat est la dernière photo.
Fabrication Trompes.jpg
Fabrication Trompes.jpg (103.86 Kio) Consulté 4457 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:30

Re-Bonjour à tous,

Un petit didacticiel simple et rapide pour expliquer la fabrication des marchepieds d’accès aux cabines, et des entourages de numéros frontaux sur la CC 6551 Maurienne (applicable également aux anciennes CC 6505 et CC 72001 Jouef, et tous autres modèles où il y a lieu de modifier cela).

Le constat de départ est le suivant :
- Les marchepieds d’accès aux cabines sont en fait, au départ, des trous rectangulaires dans lesquels viennent se loger les ergots de maintien du châssis,
- Les numéros des faces frontales sont « éenôôôôrmes » !!

Pour rectifier cela, il faut partir du principe qu’on va :
- Utiliser les trous censés représenter les marchepieds d’accès aux cabines sans les modifier ni en hauteur, ni en largeur
- Araser les numéros frontaux, suite à quoi il faudra refaire un trou rectangulaire (un trou sur chaque face frontale), aux bonnes dimensions, soit environ (de mémoire, mais à vérifier), 7 mm de longueur, sur 2 mm de haut.

Pour ensuite remplir tous ces trous, le principe est le même :
Prendre une chute de laiton de 0,3 mm d’épaisseur, et le découper en « croix » selon la figure du haut de la photo ci-dessous.
Le fond, en vert, doit avoir la même dimension que le trou à boucher, moins quelques dixièmes de millimètres.
Les côtés (en bleu), doivent avoir une largeur légèrement supérieure de 0,3 à 0,5 mm par rapport à l’épaisseur du plastique de la caisse (pour les marchepieds), et également pour les entourages des numéros frontaux, sachant que ça doit dépasser un peu au milieu du nez (très légèrement, sans excès) et suivre sensiblement l’inclinaison du nez.
Replier ensuite les côtés à 90 degrés, et passer une lime douce pour égaliser toutes les hauteurs.
Du coup, il peut être utile de prévoir 0,5 mm de plus environ pour les largeurs des côtés. Fignoler au papier de verre grain 1000.
On obtient une « boîte » telle que celle représentée par la figure du bas dans la photo ci-dessous, et qui doit impérativement avoir des dimensions extérieures égales aux dimensions intérieures du trou à boucher.

Encastrer ensuite ces « boîtes » dans les trous (en les laissant donc légèrement dépasser du niveau de la caisse et des nez, plaquer les côtés bien à plat et bien droits avec la panne d’un petit tournevis plat pour bien les aplanir et leur faire épouser les côtés du trou, et coller par l’intérieur de la caisse pour assurer la tenue.
Mastiquer ensuite autour de ces « boites » si nécessaire, pour parfaire les abords extérieurs.

Il faudra ensuite faire les numéros frontaux (méthode au goût de chacun), qui se retrouveront sur une cale en plasticart, et dont les dimensions extérieures seront celles de l’intérieur des « boîtes ».

Dernier point :
Araser les ergots du châssis en plastique d’origine (qui ne servent plus à rien et ne peuvent plus se loger dans les trous des marchepieds d’accès aux cabines), et coller 4 petites cales en plasticart de 1 à 1,5 mm d’épaisseur (à la bonne hauteur) à l’intérieur de la caisse, pour éviter que le châssis ne rentre trop profondément dans la caisse lors de son remontage.
Ces cales peuvent en gros être placées au droit des essieux centraux des bogies.

Voilà, c’est fini, et c’est presque plus long à décrire qu’à faire !
Fabrication Marchepieds et Entourages de Numéros Frontaux.jpg
Fabrication Marchepieds et Entourages de Numéros Frontaux.jpg (15 Kio) Consulté 4457 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:32

Bonjour à tous,
Sur un autre forum, on m’a posé la question de savoir comment j’avais adapté les flancs de bogies récents sur les antiques bogies moteur et porteur / capteur de la CC 6551 maurienne
En fait, les choses sont à la fois plus compliquées et plus simples qu'il n'y parait.
Ce que peu de modélistes ont remarqué, c'est qu'il y a eu 2 modèles différents de flancs de bogies dits "de nouvelle génération".
Un premier modèle a d'abord équipé les premières "nouvelles CC 72000" de la marque Jouef, de mémoire, je crois que ça devait être les CC 72000 sorties dans les années '80 - '90. Ces flancs sont d'un seul tenant, donc moulés en une seule pièce, avec une discrète évocation des sabots de freins, mais pas dans le plan des roues.
Puis, il y a eu une seconde mouture de ces flancs de bogies, qui équipent les CC 6500, 21000 et 72000 Jouef actuelles, et qui sont en 2 parties, une partie qui est ce que l'on voit de l'extérieur, et une autre partie, moins visible, qui reproduit les sabots de freins, lesquels se retrouvent, cette fois, dans le plan des tables de roulement des roues.
Utiliser ces flancs de dernière génération est peut-être possible, moyennant un charcutage assez périlleux, visant à replacer les sabots du côté de la partie des flancs qui se voit de l'extérieur.
En effet, on ne peut pas les utiliser tels quels, puisque les roues des bogies des CC 6551 Maurienne des années '70 sont tenues par l'extérieur, par des flasques métalliques en laiton, donc passage impossible des sabots de freins, ou alors le flanc de bogie assemblé dépasse de la caisse de la loco, avec un collage plus ou moins aléatoire.
J'avais pourtant pensé à cette solution au départ, moyennant 2 options :
- Soit charcuter les flancs de bogies pour replacer les sabots "à l'extérieur", puis reproduction éventuelle par surmoulage, mais cela aurait fait moche de toutes façons,
- Soit reconstruire une mécanique de bogie sans flasques extérieurs, en partant de l'existant, et en m'inspirant des bogies moteurs actuels, mais compliqué pour le maintien des essieux, en repositionnant les engrenages différemment.
Jusqu'à ce que... je tombe sur un article RMF datant de 1992, et décrivant la transformation de cette loco, en utilisant les flancs de bogies de CC 72000 de l'époque, donc ceux en une seule pièce.
Et j'ai alors découvert que les flancs, à l'époque, ré-étudiés par Jouef avec un aspect beaucoup plus proche de la réalité (par comparaison avec ceux, affreux, de la CC72001 des années '70), étaient en une seule pièce, et je me suis dit "il me faut ça !".
Ils étaient montés sur les modèles équipés du fameux châssis Bi-Bloc, au montage et à la prise de courant aléatoire.
J'ai réussi à trouver ces flancs de bogies en occasion, en passant des annonces sur ce forum (ça date de quelques années maintenant), et je les ai adaptés en supprimant la partie haute qui permet la rotation du bogie dans le châssis, et en supprimant les protubérances internes dans lesquelles viennent se loger les extrémités des essieux.
Il faut d'ailleurs fraiser un peu avant montage, pour que les extrémités des essieux de la CC 6551 Maurienne puissent tourner librement.
Tout allait donc bien, puisque les flasques en laiton n'étaient plus un problème, sauf que... les boites d'essieux des CC 6500 sont différentes de celles des CC 72000, avec des câbles de retour de masse supplémentaires.
J'ai donc acquis (toujours en occasion) une grappe de détaillage de bogies des CC 6500 actuelles, et j'ai récupéré les pièces qui m'intéressaient pour les coller sur ces flancs de CC 72000 (plus quelques aménagements supplémentaires qu'on voit encore non peints, couleur alu ou rouge).
Et ça a donné ça, que j'ai ensuite collé sur les bogies moteur et capteur, dont j'avait tronçonné les flancs hideux originels, et en usinant un peu le plastique du haut de ces bogies, pour que les boites de roulement se retrouvent en face des essieux.
D'ailleurs, il faut tricher un peu sur leur positionnement, parce que les roues de ces modèles ne sont pas à l'échelle.
En effet, une roue de CC 6500 réelle mesure 1 140 mm de diamètre, soit 13,10 mm en HO (en divisant donc 1 140 par 87).
Or, si les roues des modèles actuels respectent cette cote, en revanche les roues de ces anciens modèles mesurent entre 11,8 et 12,3 mm de diamètre selon les fabrications, du coup, les pièces représentant les supports de sorties des éjecteurs de sablières se retrouvent trop bas, au risque d'accrocher les appareils de voie.
Il faut donc trouver un compromis permettant à la fois d'éliminer ce risque, et de conserver la libre rotation du bogie, laquelle est déjà entravée par la mise en place des supports de vérins anti-lacets.
Et voila donc le résultat, sur la photo ci-dessus, qui est aussi applicable pour les CC 6505 et CC 72001 des années '70 (pas les CC 40101, le flanc est légèrement différent).
Désolé pour la longueur de cette réponse, mais ça valait bien une petite explication !!
Flancs de Bogies CC 6500 Avant et Après.JPG
Flancs de Bogies CC 6500 Avant et Après.JPG (72.21 Kio) Consulté 4457 fois

Bogie Moteur Porteur CC 6551 Maurienne en cours de modification.JPG
Bogie Moteur Porteur CC 6551 Maurienne en cours de modification.JPG (64.06 Kio) Consulté 4457 fois

Salutations,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 25 Octobre 2016, 10:34

Bonjour,
Une petite pause va s'installer dans la poursuite de ce projet, pour cause de travaux dans ma maison et d'obligations familiales.
Il est donc possible que rien de nouveau n'apparaisse dans les prochaines semaines, mais pas d'inquiétude, ce projet sera de toutes façons continué et, j'espère, mené à terme.
En attendant, je suis toujours disponible pour échanger ici avec tous ceux qui le souhaiteront :)!
A très bientôt donc !
Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar papy49 » 25 Octobre 2016, 18:22

Merci à toi l ami pour cette formidable transformation que tu nous fait decouvrir
Another Webmaster of Espace Rails (Rédactor), Eric LIMOUSIN Alias Raoul VOLFONI.Ecos 50000 V 3.6 + Ecos Control Radio + sniffer ArnoldDigital 86201et86210, Switchpilot x 7, RMGB8-LDT x 3, LS 150 X 1 pilotés en retrosignalisati
Avatar de l’utilisateur
papy49
 
Message(s) : 1013
Inscrit le : 01 Janvier 2005, 00:00

Suivant

Retour vers VOTRE RESEAU, VOS REALISATIONS, VOS INTERROGATIONS

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité