home

Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Dans cette rubrique faites nous part de vos réalisations, vos recherches astuces conseils afin que nous puissions tous soit vous aider ou partager ce que vous avez réalisé.

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 18 Juillet 2017, 13:13

Bonjour à tous !

Voici l’attelage factice monté sur le CC 6551 Maurienne, encore non collé, et non peint pour le moment.
Le crochet de repos reste encore à faire et à installer.
La suite à suivre… !
WP_20170716_002 Petit.jpg
WP_20170716_002 Petit.jpg (188.6 Kio) Consulté 2451 fois

WP_20170716_003 Petit.jpg
WP_20170716_003 Petit.jpg (166.66 Kio) Consulté 2451 fois
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 02 Novembre 2017, 14:34

Bonjour à tous !

Quelques nouvelles du projet de transformation de la CC 6551 Maurienne Jouef, qui, malgré mon silence depuis Juillet, avance (mais lentement, comme d’habitude !!).
Pas encore de photo pour le moment, car peu de choses ont changé.
J’ai refait les marchepieds latéraux d’extrémité, en matière plus fine et plus solide, et en les alignant mieux et plus horizontaux, et j’ai inséré les plaques latérales boulonnées (avec jambes d’appui des amortisseurs anti-lacets) dans des encoches pratiquées dans la caisse, en les alignant en épaisseur, de telle sorte qu’elles affleurent sans trop dépasser de la caisse.
Ceci n’a pas été si facile au final que ça aurait pu le sembler, car j’avais pratiqué des encoches trop grandes qu’il a fallu que je rebouche avec de la carte plastique, et que je refasse plus soigneusement.
Tout ceci m’a fait beaucoup manipuler la caisse, et inévitablement, certaines petites pièces se sont décollées.
C’était notamment le cas des supports de levage en bas de caisse, toutes petites pièces blanches taillées dans de la carte plastique, de 2 mm de long par 1,5 mm de large, et 0,4 mm d’épaisseur, que j’avais collées sur l’épaisseur du bas de caisse.
Ne souhaitant plus connaître cette mésaventure dans le futur (il me reste plein de détails à monter avant masticage, ponçage, et peinture, donc de nombreuses manipulations de la caisse), et après réflexion, j’ai créé 4 pièces identiques dont je vous livre le schéma avec ce texte.
Il faut partir de 4 feuilles de laiton de 0,3 mm d’épaisseur, 40 mm de longueur environ, et 6,5 à 7 mm de largeur.
Unir ces 4 feuilles ensemble (scotch) et limer les espaces entre les « ergots », après avoir tracé leurs emplacements, de manière à obtenir 7 ergots sur la longueur (en rose et bleu sur le dessin, ce seront les 7 points d’appui de levage de caisse).
Chaque ergot mesure environ 2 mm de long sur 1,5 mm de large (= l’épaisseur de la caisse).
Attention : Le dessin n’est pas le reflet de la stricte réalité, certains espaces entre « ergots » sont plus grands que d’autres, il faut donc se référer à des photos de modèles réels ou réduits pour qu’ils se retrouvent au bon endroit une fois les plaques collées à l’intérieur de la caisse.
Car chacune de ces 4 plaques sera collée par l’intérieur de la caisse (partie verte du dessin), une fois que les ergots auront été repliés à 90 degrés.
Il faut tenir compte du côté latéral de la loco où se retrouveront ces plaques, car le pliage à 90 degrés sera à faire dans l’un ou l’autre sens.
Il faut aussi tenir compte du fait que 2 ces plaques se retrouveront du côté de la loco où se trouvent les plaques boulonnées « Grande + Petite » (sous les ailettes de ventilation des moteurs de traction), car sous la grande plaque, les ergots, au nombre de 2, sont absents, et seront donc à supprimer.
Pour cette raison, ils sont représentés en bleu sur le dessin, et du coup, seuls doivent rester les roses.
A l’autre extrémité de la loco, les 7 ergots sont présents.
Voilà, pas très long à faire, et le fait de créer 4 plaques identiques permet d’obtenir un résultat solide et visuellement tout à fait satisfaisant, l’épaisseur de 0,3 mm à la place de 0,4 mm étant un plus indéniable du point de vue de de la finesse.
Et ça gêne moins la rotation des bogies.
Autre avantage : Cette faible épaisseur ne gêne pas le remontage du châssis (j’avais des craintes à ce sujet), il n’est donc apparemment pas utile de désépaissir les flancs du châssis à l’endroit des plaques.
D’ici quelques semaines, j’espère pouvoir poster des photos de la caisse équipée de l’ensemble de ses détails.
En attendant, je vais m’attaquer dès que possible à la fabrication des conduites de frein et câblots 1500 Volts pour habiller les traverses de tamponnement.
Je posterai également des photos dès que ces pièces seront fabriquées.
Supports de Levage de Caisse CC 6500.jpg
Supports de Levage de Caisse CC 6500.jpg (42.82 Kio) Consulté 2337 fois

A bientôt,
Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 06 Novembre 2017, 14:24

Bonjour à tous,

Pour patienter avant la suite, voici la CC 6551 Maurienne Jouef équipée, sur chacune de ses faces latérales, des plaques boulonnées et jambes d’appui des amortisseurs anti-lacets, et de ses supports de levage de caisse (fabriqués selon la méthode décrite ci-dessus).
CC 6551 Maurienne Jouef 2 côtés avec Plaques Boulonnées et Supports de Levage de Caisse (Petit).jpg
CC 6551 Maurienne Jouef 2 côtés avec Plaques Boulonnées et Supports de Levage de Caisse (Petit).jpg (121.07 Kio) Consulté 2297 fois

A bientôt pour la suite… !
Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 29 Janvier 2018, 11:37

Bonjour à tous,

Vous trouverez ci-dessous les 4 conduites CP/CG pour la CC 6551 Maurienne.
C’est le dernier, et ultime, essai de fabrication de ces conduites.
La technique de fabrication est décrite dans le post ci-après.

Cordialement,
Pantographe.
Pièces jointes
Montage Photo Conduites CP CG - CC 6500.jpg
Montage Photo Conduites CP CG - CC 6500.jpg (92.36 Kio) Consulté 2102 fois
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 29 Janvier 2018, 11:40

Bonjour à tous,

Suite à la photo ci-dessus, voici la technique de fabrication des conduites CP/CG pour la CC 6551 Maurienne.
En dehors des CC 6500, la méthode de fabrication est aussi applicable pour les CC 72000, BB 7200, BB 15000, BB 22200.
La technique de fabrication est très simple, mais demande un certain temps, et surtout beaucoup de soin (un peu comme pour les trappes de sablières !)

La conduite :
Prendre une longueur de 20 à 25 mm de fil rigide de diamètre 0,5mm (fil d’acier de corde de guitare usée dans mon cas, mais toute autre matière rigide, maillechort, ou autre… convient).
Former avec ce morceau de fil un « U » dont la partie centrale (la base du « U » mesure 3 mm. Les angles n’ont pas nécessairement besoin d’être pliés à angle droit à l’excès.
Selon qu’il s’agit de la conduite CP ou CG, arrondir l’une des jambes du « U » (celle de droite, ou celle de gauche) autour d’une queue de forêt (ou tout autre objet dur et rond) de 4 à 4,5 mm de diamètre.
S’aider éventuellement d’une pince, plate de préférence, pour peaufiner l’arrondi. Cet arrondi formera la partie de la conduite qui est en caoutchouc pour une grande partie, et en « dur » pour la partie haute, le « U » étant vu à l’envers, avec sa base en haut.
Il faut du soin pour réussir à obtenir un arrondi harmonieux.
S’arranger pour que la partie rectiligne (non arrondie) soit plus longue que la hauteur de la traverse, de manière à ce que l’on puisse l’attraper avec les doigts pour manipuler la conduite lors du montage sur la traverse.
C’est plus pratique qu’avec une pince qui risque de détériorer l’ensemble.

Les vannes :
C’est la phase la plus délicate du montage.
Prendre un morceau de fil électrique de bâtiment rigide de 2 mm de diamètre, et le dénuder (on n’utilisera pas la gaine).
Placer une partie du fil de cuivre dans le mandrin d’une mini-perceuse (longueur symbolisée par le trait violet dans la photo ci-dessous), et usiner la partie visible (longueur symbolisée par le trait vert dans la photo ci-dessous) jusqu’à un diamètre de 0,7 à 0,8 mm.
Une fois ce diamètre atteint, sortir le morceau de fil du mandrin de la perceuse, et aplatir une longueur de 3 mm environ dans un étau à mors lisses, jusqu’à obtenir une épaisseur de 1,5 mm (surtout pas moins, ni plus, donc aplatir très progressivement en mesurant régulièrement l’écrasement).
Percer soigneusement un trou traversant de 0,5 mm de diamètre, bien au centre d’une des deux parties aplaties, à un peu plus d’un millimètre de la zone usinée.
Agrandir ensuite délicatement ce trou à 0,8 mm (pas plus !).
L’usage d’un mandrin à main est fortement recommandé.
Une fois cette opération réalisée, couper la partie aplatie selon le trait rouge, à une longueur totale, depuis la partie usinée, de 2 à 2,5 mm maxi, symbolisée par le trait bleu, sur la photo ci-dessous.
La coupe selon le trait rouge doit être droite, plate, plane, et bien perpendiculaire, car ce sera la face avant de la vanne, partie la plus visible lorsqu’on regarde la loco de face.
On obtient alors la pièce indiquée par la flèche jaune, sur laquelle il faudra aplanir à la lime douce les 2 faces encore bombées du fil électrique (à l’endroit où celui-ci aura été écrasé), afin d’obtenir un cube de 1,5 mm de côté vu de face, et de 2mm maxi de profondeur avant la partie usinée.
Attention à ne pas trop approcher les bords du trou, car il restera très peu de matière.
Pour info, la queue (partie usinée à la mini-perceuse) ira se fichier dans un trou de même diamètre dans la traverse, pour la fixation définitive de la conduite. Elle sera maintenue par collage, et coupée ensuite au ras de l’intérieur de la traverse.
Mais cette fixation définitive n’interviendra qu’à la toute fin du montage.


Les manettes de vannes :
Elles sont obtenues par écrasement à la pince plate sans dents (surtout), d’un fil électrique rigide mono brin de téléphone de 0,6 à 0,8 mm de diamètre, sur une longueur de 2,5 à 3 mm.
Couper ensuite une longueur de 2 à 3 cm incluant la partie aplatie.
La partie non aplatie sera coupée après soudure, mais il est plus facile de la conserver pour placer correctement la manette (partie écrasée) sur le cube (la vanne) au moment du soudage.
Souder délicatement la partie aplatie sur l’un des côtés du cube (donc de la vanne), parallèlement au trou, et dans l’axe de celui-ci.
Une partie de la manette doit dépasser vers le haut (environ 30 à 50 % de sa longueur). L’autre partie ne doit pas dépasser vers le bas.
Couper ensuite la partie du fil qui n’est pas aplatie.
Attention : Il faut souder 2 à 2 les manettes du bon côté, donc à droite ou à gauche de la vanne, selon qu’il s’agit de la conduite CP ou de la conduite CG.
Dans la réalité, il y a 2 manettes par vanne : Une première manette d’ouverture / fermeture, et une seconde manette de verrouillage. A l’échelle et par souci de simplification, la manette de verrouillage ne sera pas représentée (mais si quelqu’un y parvient… !!!!)

A ce stade, on a :
La conduite,
La vanne.

Il nous manque 2 choses :
Les raccordements d’entrée et de sortie de la vanne,
Les raccordements entre la partie souple caoutchoutée et la partie rigide de la conduite.

Les raccordements d’entrée et de sortie de la vanne :
Simple, mais attention les yeux !
Dénuder un fil électrique rigide mono brin de téléphone sur 2 à 2,5 mm de longueur, et récupérer uniquement le morceau de gaine.
La gaine doit présenter idéalement un diamètre extérieur de 0,8 mm.
Glisser la partie rectiligne de la conduite dans la gaine débarrassée de son fil de cuivre.
Glisser ensuite le tout (conduite + gaine) dans le trou de la vanne.
La gaine doit dépasser un peu, au-dessus et en-dessous de la vanne, de manière équilibrée.
Cela évoquera les raccordements d’entrée et de sortie de la vanne.
Immobiliser la gaine par rapport à la vanne, avec un mince point de collage à la cyano déposé avec la pointe d’une épingle à tête.
Attention, coller uniquement la gaine par rapport à la vanne, et pas par rapport à la conduite, car pour le moment, il est préférable que l’ensemble « Vanne + Gaine » puisse continuer de coulisser librement sur le tuyau rectiligne de la conduite.
Ceci permettra le meilleur placement en vertical au moment de la fixation finale sur la traverse.
L’immobilisation par collage de la vanne sur la conduite aura lieu uniquement après positionnement de l’ensemble « vanne + conduite » de manière correcte.


Les raccordements entre la partie souple caoutchoutée et la partie rigide de la conduite :
Ça, c’est très simple : un simple petit morceau de gaine plastique de fil électrique rigide mono brin de téléphone, d’un demi à un millimètre de longueur, placé au bon endroit, vers le haut de la partie arrondie (se référer à des photos de locos réelles).


2 cas se présentent ensuite :
Soit le remplacement de conduites peu réalistes (type Jouef HJ), soit la mise en place de conduites inexistantes (anciennes locos non détaillées, ou reconstruction comme pour la CC 6551 Maurienne).
Dans les 2 cas, le fait d’avoir laissé la possibilité à l’ensemble « vanne + gaine » de coulisser librement sur la partie rectiligne de la conduite permettra d’obtenir le meilleur placement (ou le meilleur compromis).
De cette recherche de meilleur placement, ou meilleur compromis, peut aussi naître la nécessité de retoucher légèrement la hauteur des manettes, sachant qu’elles doivent tout de même toujours continuer de dépasser la hauteur de la vanne (vers le haut).
Il peut également être nécessaire de retoucher légèrement, par torsion, ou reprise de forme, la partie arrondie de la conduite.
Celle-ci ne doit pas trop dépasser vers l’avant pour une question d’esthétique et de réalisme.
Il peut donc être nécessaire de la ramener un peu vers la traverse.

Avant montage définitif, il peut aussi être utile de fabriquer un gabarit sur un morceau de carte plastique, définissant les placements des embases de tampons, de la plaque rivetée de l’attelage à vis, du bas du nez, des marchepieds, de l’éventuel carter de parure en « V » se trouvant sous le nez des CC 6500 de première sous-série (et de son épaisseur), du bas de la traverse, ce gabarit devant être le strict reflet, au niveau des dimensions, de la traverse de la loco concernée (attention par exemple si vous comptez équiper une ancienne CC 6505 ou CC 6551 Maurienne Jouef des années ’70, car la traverse n’est pas le reflet réel, en hauteur, de la réalité ramenée à l’échelle HO).
A la fin, une fois les conduites collée définitivement, il faudra couper les excédents de parties arrondies et rectilignes quasiment au ras du bas de la traverse, pour ne pas gêner le débattement de l’attelage HO. S’il y a un côté non équipé de cet attelage, mais uniquement d’un attelage à vis (face détaillée), les extrémités basses des conduites pourront se finir juste au-dessous de la traverse.

Voilà, un peu long à expliquer, mais ça en vaut la peine.
A vos outils !
Conduites CP CG - CC 6500 (Vannes) (2).jpg
Conduites CP CG - CC 6500 (Vannes) (2).jpg (241.69 Kio) Consulté 2101 fois

Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar c.delarnaque » 29 Janvier 2018, 18:16

Salut,

Je suis assez impressionné du résultat obtenu avec les moyens et techniques mis en oeuvre. Bravo et merci pour le détail du tuto, lui aussi ... impressionnant de détails. Bonne continuation.

Cordialement,
C. Delarnaque
Avatar de l’utilisateur
c.delarnaque
 
Message(s) : 705
Inscrit le : 12 Juin 2005, 23:00

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 05 Février 2018, 11:10

Merci c.delarnaque.
Désolé, je n'avais pas vu que tu m'avais écrit.
Je suis à ta disposition si tu désires plus de renseignements.
Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 28 Mai 2018, 11:08

Bonjour à tous,

Petite avancée dans la modification de la CC 6551 Maurienne.

Voici 2 photos :
- L’évocation de l’aménagement des cabines (la seconde est identique), encore non peinte. L’encoche, en haut, permet de laisser passer une languette de fixation de la toiture avant de la loco,
- L’intérieur de la caisse de la CC 6551 Maurienne avec les 2 évocations des aménagements de cabines installées, et prévues pour pouvoir être démontées (fixation de chaque cabine par une vis entrant dans une traverse transversale collée dans la caisse).
Aménagement de cabine CC 6500 (1).jpg
Aménagement de cabine CC 6500 (1).jpg (76.78 Kio) Consulté 1754 fois

Intérieur Caisse CC 6551 Maurienne avec Aménagements de Cabines.jpg
Intérieur Caisse CC 6551 Maurienne avec Aménagements de Cabines.jpg (124.58 Kio) Consulté 1754 fois


Ce projet va connaître une longue période de stand-by, et ceci pour plusieurs raisons liées à des fêtes familiales à venir, à des travaux d’entretien à faire dans ma maison, aux vacances estivales et, moins agréable, à une opération chirurgicale qui sera très probablement programmée sur la fin de l’année.
Elle occasionnera une période de convalescence qui me permettra peut-être d’avancer, voire de terminer cette loco, tout au moins jusqu’à la dernière phase avant peinture.
Il ne reste en effet plus que l’éclairage des feux à faire, la motorisation à revoir, les vitrages de cabines à poser, et la fixation définitive des flancs de bogies, tout ceci suivi du masticage et du ponçage.

La suite, donc, dès que possible.

Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 06 Février 2019, 17:08

Bonjour à tous !

Avant dernière intervention sur ce sujet avant la grande phase finale !!

Voici 2 photos de la CC 6551 Maurienne.

Une première photo de la loco sur laquelle les flancs de bogies ont été fixés définitivement.
Pour ce faire, j’ai percé chaque flasque en laiton d’origine (qui tient les roues) de 2 petits trous de 0,5 mm, dans lesquels j’ai passé 2 morceaux de fil rigide de 0,4 mm.
Ces 2 fils sont recourbés puis collés derrière le flasque et remontent ensuite sur le devant du longeron du flanc de bogie, après être passés sous ce longeron.
Ils jouent ainsi un double rôle :
- Celui de crochet pour maintenir le flanc de bogie vers le haut,
- Celui de figuration des 2 conduites qui remontent verticalement, comme en réalité, devant le longeron du flanc de bogie.
Les flancs de bogies ont également été collés sur le châssis du bogie (cyano), entre le derrière du longeron et le flasque en laiton, et entre le dessus du longeron et le dessous de la plateforme horizontale du châssis de bogie.
Ce procédé de fixation devrait théoriquement suffire à maintenir le flanc de bogie correctement en place.

DSC_0189 (2).JPG
DSC_0189 (2).JPG (204.87 Kio) Consulté 610 fois


Une seconde photo qui montre l’intérieur de la loco avec :

Pour le châssis :
- Les 4 lests de 10 grammes chacun, placés au-dessus des bogies (amélioration du captage du courant et du pouvoir de traction),
- La carte électronique de gestion d’allumage des feux blancs et rouges dans le bon sens de circulation (4 diodes et 4 condensateurs),
- Le nouveau lest central constitué d’un empilement de plaquettes en acier de 1 mm d’épaisseur (je n’ai pas pu réutiliser le lest d’origine car j’arrivais à un poids total trop élevé qui faisait peiner le moteur et la transmission, il fallait que j’arrive à un poids total situé autour de 300 grammes, je laisse les matheux calculer le poids de ce nouveau lest central… !!),
- Le moteur (celui d’origine encore pour le moment),
- Le dispositif Roulnet soudé juste au-dessus du moteur (et donc au plus près de celui-ci, 2 diodes et 2 condensateurs).
Plus que pour améliorer le fonctionnement (même si ça joue favorablement), le Roulnet a avant tout été mis en place pour résoudre un problème d’allumage parasite des feux blancs du même côté que les feux rouges.
Ce problème est dû au fort parasitage du moteur et le Roulnet atténue cet allumage parasite de manière assez satisfaisante (à défaut de mieux, donc à suivre…).
Néanmoins, il ne le supprime pas totalement.
Il semble d’ailleurs que je ne sois pas le seul à avoir rencontré ce type de problème avec des feux constitués de Led’s.

Pour la caisse :
- Les cabines de conduite dont on voit le dessous, fixées par 2 petites vis sur des traverses collées dans la caisse),
- Les supports des phares et feux et les Led’s de ces phares et feux (avec leurs petits circuits imprimés),
- Le câblage qui rejoint la carte électronique de gestion d’allumage des feux blancs et rouges dans le bon sens de circulation (sur le châssis).
Pour ne pas encombrer l’intérieur de la caisse avec des connecteurs, ces fils de câblage sont soudés directement sur cette carte électronique. Cependant, afin pouvoir désolidariser totalement la caisse du châssis, les 2 câbles venus des capteurs de courant sur le bogie capteur sont simplement enfichés dans 2 supports « tulipe » soudés sur la carte qui elle, est démontable (par l’enlèvement des 2 vis noires de fixation).
Il s’agit de fil rigide mono-brin de téléphone (diamètre entre 0,7 et 0,8 mm).
C’est simple, solide, et amovible.

DSC_0188 (2).JPG
DSC_0188 (2).JPG (232.15 Kio) Consulté 610 fois


Et donc, il ne me reste plus maintenant qu’à percer les 2 nez de la loco pour y loger (et y coller) 2 touts petits morceaux de tubes fins de 4 mm environ de diamètre intérieur (4,2 mm environ de diamètre extérieur), qui recevront les 2 macarons SNCF.

Ensuite, masticage, ponçage, remasticage, reponçage… et enfin…
Peinture (caisse, cabines, dessous de châssis et flancs de bogies ) !!!
Puis pose des décalques, pose des vitrages, pose des conduits de lumière, des macarons peints séparément, peinture et pose (ou l’inverse, c’est selon) des détails (essuie-glaces, rambardes, conduites, numéros frontaux, attelages, tampons…), repose des cerclages de phares que je vais peut-être démonter pour la peinture de la caisse et l’installation des conduits de lumière (fibre optique),et donc devoir reposer ensuite etc etc…
Sans oublier la peinture des cornes de pantographes et des isolateurs.
Et ça sera ENFIN fini !!!

La prochaine photo sera donc celle de la CC 6551 Maurienne Jouef transformée et dans son état final, dans quelques semaines (ou mois ?)… !!
Parce qu’il me faut trouver le temps de faire tout ça, comme d’habitude !!
Mais vous être habitués maintenant !!

Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Re: Transformation / Reconstruction CC 6551 Maurienne Jouef

Messagepar pantographe » 18 Mars 2019, 15:40

Bonjour à tous,

Dernière photo avant masticage, ponçage et peinture, de l'une des deux faces avant de la CC 6551 Maurienne Jouef équipée de son monogramme SNCF.
CC 6551 Maurienne Face Avant avec Monogramme SNCF.JPG
CC 6551 Maurienne Face Avant avec Monogramme SNCF.JPG (67.75 Kio) Consulté 361 fois


Comme d'habitude, la suite (montage et peinture, ou l'inverse, des divers détails d'habillage de la caisse) dès que possible !
Cordialement,
Pantographe.
pantographe
 
Message(s) : 29
Inscrit le : 08 Octobre 2015, 10:29

Précédent

Retour vers VOTRE RESEAU, VOS REALISATIONS, VOS INTERROGATIONS

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)