home


Les Articles ...

L'X72500 : X TER
Mis à jour le Sunday 04 November 2012 à 19h38min dans Réel - Version 2

1992 :

Le parc autorails commence sérieusement à vieillir, les liaisons autorails de l'époque sont assurées avec du matériel que le public traite de "tortillard". 

Il est donc temps de penser au renouvellement du parc un nouvel autorail diesel est dans les cartons il devra être novateur, ce sera l'automoteur du futur ! C'est ainsi que va naître l'X 72500. 

Vous avez dit novateur ! : 

En effet le projet de cet autorail du futur le fut et dans différents domaines, ceux de la méthode, de l'ouverture sur le marché européen, de la communication et de la technique (un moteur routier). En tout une genèse du projet qui aura durée six ans pour concrétiser en Février 1997 date à laquelle le premier exemplaire à fait ses débuts sur le réseau. N'oublions pas que cet autorail devait également allier dans son concept, facilité d'accès, optimisation du confort (climatisation), et performance aérodynamique. Les thèmes de la facilité d'accès, l'optimisation du confort et enfin la performance aérodynamique ont guidé la recherche.

La phase finale du projet a lieu en 1992 date à laquelle l'appel d'offre européen fut lancé auprès de cinq constructeurs, et c'est GEC Alstom le Français qui l'emporta. 

L'X 72589 en gare de Cholet

Accouchement sous X :

C'est pourtant vrai cet autorail n'est ni électrique ni bi mode (diesel- électrique) c'est donc tout simplement un autorail diesel auquel on aura à faire et donc tout naturellement il portera un X comme indice de naissance.

Tout le monde aux commandes :

Oui c'est vrai, l'X 72500 a été le premier autorail financé par les régions et oui ! En tout cas on fonctionne encore par convention avec l'état et c'est ainsi que pratiquement presque toutes les régions Françaises ayant passé une convention avec la SNCF, commandent plusieurs appareils, notons qu'également la région Poitou-Charentes qui est la seule région Française (Corse et Ile de France à part pour leur statut particulier) à ne jamais avoir signé de convention, commande cinq ensembles (coût d'un ensemble bi-caisses 26 MF) !

Celui-ci fut tout d'abord 107 appareils (dont 15 tri-caisses exclusivement commandés par la région Basse-Normandie pour servir la ligne Paris-Granville par la suite ces seuls autorails seront rattachés à l'activité grande ligne) qui sont commandés.

Mais c'est qu'il est beau ce Monsieur ! :

C'est finalement le 28 Février 1997 qu'apparaît l' X 72500, de couleur bleu et gris, ce SUPERBE autorail est reconnaissable grâce à une face frontale qui ressemble au TGV, (j'ai déjà entendu sur le quai de la gare de Niort un passager dans la fleur de l'âge qui disait à sa femme en avançant devant l' X 72500, "mais on prend pas le TGV pour aller à Royan"). Notez d'ailleurs que cet autorail et donc sa face frontale a été conçue pour pouvoir absorber les chocs frontaux. Remarquez aussi qu'il restera sans doute le seul autorails de nouvel génération à cacher son attelage automatique par deux "portes".

Des bandeaux lumineux défilants renseignent les passagers.

Son bel aménagement intérieur reste à sa sortie en 1997 sans égal pour des autorails (superbe déco, beau siège, climatisation...) il est vrai que le dernier autorail de référence est l'X 2200 qui date un peu.

Sa plateforme en décalée n'est pas novatrice car elle peut être rapprochée de l'autorail panoramique, en effet aux abords des portes, quelques banquettes d'ailleurs en forme de courbe se trouve au niveau du sol, puis, de part et d'autres on monte deux marches pour être en position sur élevée comme dans les autres autorails.

L'entrée dans l'X 72500 sympa non !

Trois versions possibles :

Une version Interville et Grandes Agglomérations pour la version bi caisse. 

Sans y retrouver Guy Lux la version Interville diffère de sa soeur la version Grandes Agglomérations par l'organisation de la plateforme centrale préparée pour la première (interville) pour proposer les options suivantes : Distribar, Casier Porte Ski ou Porte Vélos. Dans la seconde version (Grandes Agglomérations) on remplace le tout par 3 sièges supplémentaires présentées sous forme de strapontins. 

Au final une rame bi caisse peut recevoir approximativement  150 passagers assis.

Les fauteuils en première

la seconde classe

La version grandes lignes :

Le diagramme tri caisses peut contenir 231 places assises, c'est ainsi qu'en plus de la disposition prévue bi caisse (Interville) est adjoint une remorque centrale. Il convient de noter ici que plusieurs régions ont souhaité adjoindre une remorque centrale par la suite, transforamant ainsi une rame bi-caisse en rame tri-caisse.

Des Soucis très vite :

L'X 72500 a connu des débuts chaotiques (sur les 40 premiers appareils) avec des problèmes divers et sérieux (fuite de durite sur les moteurs, groupes électrogènes beaucoup trop bruyants, entrée d'eau en cabine, porte des toilettes que personne ne sait faire fonctionner et donc que tout le monde casse, porte de l'autorail qui soit ne s'ouvre pas ou mieux ne peut plus se fermer,  pose d'un second plancher pour mieux insonoriser !!). 

Essayez donc de vous trouver sous la marquise d'une gare dans laquelle tourne un X 72500 le bruit est infernal. Notez aussi que le taux de panne a été record pour cette série.

4 petits moteurs routiers,  oui 4 ! :

Avec cet engin et pour la première fois la SNCF abandonne le moteur diesel ferroviaire pour adopter un moteur routier en l'occurrence un MAN. Remarquez quand vous l'entendez démarrer cela ne fait pas de doute vous reconnaissez bien un moteur de camion (ne confondez pas le bruit infernal à l'arrêt constitué par les groupes de refroidissement placés sous le toit) . Un réservoir de .... 2000 litres est présent sur l'engin il lui permet une autonomie de 1000 kilomètres.

En fait 4 moteurs sont présents sur l'engin (ils entraînent chacun un bogie), je peux vous dire que  les quelques voyages réalisés en cabine m'ont tous démontré que  les 4 moteurs étaient en disfonctionnement, jamais je n'ai vu un X 72500 avec les 4 moteurs en état de fonctionner. Dans les faits on est le plus souvent sur 3 voire 2 pattes, ce qui fait hurler les conducteurs quant à la fiabilité de l'engin.

Apte à 160 Km/H :

C'est vrai et cela a été bien perçu cet autorail Diesel est apte à roule à 160 Km/H, avec un confort de conduite que tous les conducteurs ont appréciés, ils ont plutôt été agacés par les début douloureux de la série avec ses innombrables pannes.

Le poste de conduite de X 72561 ici à Angers

Pour terminer notons qu'un X 73500 a été temporairement transformé en pendulaire pour faire des essais (il était reconnaissable à sa moustache rouge).

L'intérêt des tri caisses :

Au départ prévu avec seulement 15 exemplaires en tri caisses certaines régions ont très vite compris l'intérêt qu'il pouvait y avoir à adjoindre une 3eme caisse aux ensembles en possession. Tel est par exemple le cas de la région Rhône Alpes qui a transformé son parc d'X 72500 bi caisses en tri caisses.

Au final à ce jour sur les  117 éléments qui sont en service, 73 sont équipés en version Bi caisses et 44 éléments se retrouvent donc en version Tri caisses.

Un bel outils, oui mais, la suite ... :

L' X72500 est une belle réussite en terme de Design, une ou plusieurs tranches de commandes optionnelles pouvaient voir le jour par la suite, mais, malgré tout son avenir a été sans descendance dans la mesure ou son concurrent diesel l'X 73500 (matériel à prestation un peu différente) a pris un bon départ grâce à un coût beaucoup moins élevé (8.7 MF), mais aussi à cause d'un autre challenger le Z 21500 j'ai nommé le Z TER (version électrique du même de l' X 72500) et qui lui peut rouler à 200 Km/H. Les 72500 autorail du futur ne compterons donc que 117 appareils.... 

Dommage à mon goût pour mon autorail actuel préféré.

Posté initialement par Eric LIMOUSIN le Sunday 04 November 2012 à 19h38min

Retour >
Réagir sur cet Article ?
Pas de commentaires !